Image Alt

Illycafé Blog - Anecdotes sur le café

Illycafe_Kaffee_Tasse

Autrefois désapprouvé et interdit

Les Suisses ont dû attendre longtemps avant que la vague du café ne déferle enfin sur leur pays. Au début, elle était encore mal vue et interdite, mais bientôt elle fut recherchée et vénérée. Bientôt, le café a même pris une signification politique.

Une boisson noire conquiert le monde

Si les Turcs n’avaient pas été aussi belliqueux au XVIe siècle, nous attendrions encore aujourd’hui notre café bien-aimé. Car ce sont les Ottomans qui ont apporté la boisson noire dans tous les coins de leur empire largement ramifié. Le premier café a été ouvert à Constantinople en 1154. C’était un endroit confortable où les invités pouvaient se rencontrer et discuter.

Au début du XVIIe siècle, le commerce des grains de café était déjà florissant. Londres, Venise, Hambourg et d’autres ports maritimes sont occupés à approvisionner. Le café est rapidement devenu une boisson convoitée de la Haute Société. Venise, Paris, les villes hollandaises et surtout Vienne sont devenues les fiefs de la culture du café. Et en Suisse?

En Suisse, il y a eu au départ une opposition féroce

Il a fallu un certain temps avant qu’ils ne puissent goûter au café suisse. Tout le monde n’était pas bien disposé à l’égard de la boisson noire. En 1769, les Autorités de Bâle ont même fait interdire le café sous la menace d’une amende. Et le Conseil de Zurich a interdit le service du café lors des dîners de guilde et des fêtes publiques (1) et a exigé des prix épouvantables. On disait que le breuvage sapait la santé et embrouillait l’esprit.

L’opposition initiale n’a cependant pas pu empêcher le café de devenir de plus en plus populaire en Suisse et les cafés de voir le jour. En 1804, le Café Littéraire de la Tour Rouge est devenu le premier café public de Zurich. En 1848, il y avait déjà 17 cafés. Contrairement aux tavernes de vin, ceux-ci étaient considérés comme cultivés. Ici, la classe supérieure a rencontré des personnes partageant les mêmes idées. On discute en public ou on débat avec passion des questions du jour. Au milieu du XIXe siècle, les cafés zurichois étaient même connus comme des maisons de la politique ou des “quartiers généraux du parti ” (2). Le café a pris une signification politique. Le Café du Commerce (zur Saffran), par exemple, était le lieu de rencontre des conservateurs, tandis que les Libéraux Radicaux se réunissaient au Café Littéraire sur le Weinplatz.

Photo: Café du Commerce au Saffran, Limmatquai 54 à Zürich, Photo prise 1885, Source: Page 192 Müller, Zürcher Kaffeehauskultur in Silvia Müller, „In Zurich it is all work and no Play“: Zürcher Kaffeehauskultur in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts in Genuss und Nüchternheit, Geschichte des Kaffees in der Schweiz vom 18.Jahrhundert bis zur Gegenwart.

Sur la piste des cafés de Zurich

Vers 1900, la ville sur la Limmat était même connue pour ses nombreux cafés et n’avait pas à craindre la comparaison avec Paris ou Vienne. Que reste-t-il de ces illustres établissements aujourd’hui ? Le Café Henrici, le Café Littéraire, le Cabaret Voltaire, la Confiserie Sprüngli ou le Grand Café Odeon, pour n’en citer que quelques-uns. Malheureusement, beaucoup de ces établissements n’existent plus, certains bâtiments ont reçu une nouvelle fonction. Et d’autres encore, heureusement, prospèrent encore aujourd’hui. L’historienne de l’art Yvonne Höfliger est heureuse d’emmener les personnes intéressées faire une visite guidée passionnante de la ville sur le thème du café. Elle transmet habilement des faits intéressants sur le café et la culture du café à Zurich. Malheureusement, les visites guidées de la ville n’ont pas lieu actuellement en raison des mesures de protection de Corona. Toutefois, les cafés historiques resteront ouverts et bénéficieront d’une nouvelle concurrence à la mode. Il se passe beaucoup de choses à Zurich en ce qui concerne le café. Une visite en vaut donc toujours la peine.

Photo: Café du Commerce au Saffran, vue inérieure, Limmatquai 54 à Zürich, Photo prise 1885, Source: Page 193 Müller, Zürcher Kaffeehauskultur in Silvia Müller, „In Zurich it is all work and no Play“: Zürcher Kaffeehauskultur in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts in Genuss und Nüchternheit, Geschichte des Kaffees in der Schweiz vom 18.Jahrhundert bis zur Gegenwart.

Sources :

  • Lucas Rosenblatt, Judith Meyer, Edith Beckmann: Kaffee: Geschichte, Anbau, Veredelung, Rezepte, 2. Auflage 2003, S. 24. Opposition und Kaffeekantate
  • Roman Rossfeld: Genuss und Nüchternheit, Geschichte des Kaffees in der Schweiz vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, S. 194 Kaffee „Puscht auf“: Zürcher Kaffees als politische Gesinnungshäuser, Silvia Müller,„In Zurich it is all work and no play“: Zürcher Kaffeehauskultur in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts